Président de la République de Lituanie Président de la République de Lituanie

Le Président : « J’invite l’Union européenne à confirmer le plus rapidement possible les sanctions à l’encontre du régime biélorusse »

01/10/2020

Le Président de la République de Lituanie Gitanas Nausėda participe à la réunion du Conseil européen dédiée au marché intérieur, à la politique industrielle et numérique, à la politique étrangère.

La première journée est dédiée aux questions de politique étrangère : la situation en Biélorussie, les relations entre l’UE et la Chine ainsi que la situation en Méditerranée orientale. Les relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont également été évoquées. Les dirigeants ont discuté des moyens pour contribuer à la baisse des tensions et au cessez-le-feu.

Lors de la session, le Président lituanien a remercié le président du Conseil européen d’avoir entendu l’invitation de la Lituanie à mettre à l’ordre du jour du Conseil la question de la Biélorussie et ainsi montrer le soutien aux leaders de l’opposition biélorusse et à la société qui lutte pacifiquement pour la démocratie et les droits de l’homme. En se prononçant lors de la session, le Président a souligné que la situation en Biélorussie ne change pas, les violences contre l’opposition et les manifestants pacifiques se renforcent et acquièrent de nouvelles formes.

Le dirigeant lituanien a rappelé la cérémonie d’inauguration d’Alexandre Loukachenko qui ne respecte pas l’Etat de droit et a incité l’UE à agir de manière déterminée en proclamant des sanctions à l’encontre acteurs du régime, Monsieur Alexandre Loukachenko y compris. Le Président a souligné que la Lituanie a déjà publié une liste de 130 personnes sanctionnées. Les sanctions au niveau national sont appliquées également par les autres pays baltes, le Canada et le Royaume-Uni.

« J’invite tous les dirigeants de l’UE à ne pas reconnaitre la légitimité du dirigeant biélorusse et à faire tout ce qui est possible pour que les violences s’arrêtent, que les manifestants emprisonnés soient libérés et qu’un dialogue constructif s’ouvre entre les autorités biélorusses et la société qui aspire aux changements. Nous avons tous le devoir de défendre les valeurs démocratiques et les droits de l’homme dans un pays qui est en plein milieu de l’Europe ainsi que de soutenir les processus démocratiques et les citoyens pacifiques qui aspirent aux changements car ils sont les vrais maitres de leur Etat », a affirmé le Président.

« L’empoisonnement d’Alexeï Navalny est encore un rappel à ceux qui proposent « réinitialiser » les relations avec la Russie. Les actions de la Russie ne changent pas et ce cas concret ne fait que prouver qu’elles peuvent être criminelles. Les relations avec la Russie doivent avoir des limites et des conditions clairement définies », a souligné le Président.

Le Président lituanien a présenté aux dirigeants de l’UE les propositions communes de la Lituanie, de la Roumanie et de la Pologne de mettre en place un paquet d’aide économique pour la Biélorussie suite à une élection libre et démocratique dans le pays et l’arrivée au pouvoir d’un dirigeant légitime.

Le Président a profité de l’occasion pour souligner que la centrale d’Astraviets qui ne respecte pas les standards de sûreté et dont le lancement est prévu le 7 novembre est un projet géopolitique de la Russie et représente une menace pour toute l’UE. Il est donc nécessaire de parvenir à ce que les stress tests de l’UE soient mis en place avant le lancement de la centrale et que l’électricité produite sans respecter les standards de sûreté nucléaire ne soit pas vendue sur le marché intérieur de l’UE.

 En ce qui concerne les relations entre l’UE et la Chine, le Président a soutenu la nécessité d’une nouvelle stratégie de relations équilibrées basées sur le respect mutuel ainsi que les principes de la liberté et des droits de l’homme.

Les discussions ont également porté sur les relations entre l’UE et la Turquie dans le contexte du conflit en Méditerranée orientale. Le Président lituanien a invité toutes les parties à chercher un dialogue et un accord conforme aux principes du droit international.

Avant la session de travail du Conseil européen, le Président a rencontré les dirigeants des pays nordiques et baltes pour échanger les positions sur les questions à l’ordre du jour.

Groupe de la communication du Président

Mise à jour 2020.10.02 08:46

Précédent