Président de la République de Lituanie Président de la République de Lituanie

Le Président : « Il y a de nouvelles tentatives de dissimuler les protocoles secrets du pacte Molotov–Ribbentrop sous le voile du mensonge »

16/12/2020

Le Président de la République de Lituanie Gitanas Nausėda a participé mardi à la discussion dédiée à commémorer la condamnation des protocoles secrets du pacte Molotov-Ribbentrop, faite la veille de Noël 1989, et à discuter de l’importance de cet évènement dans la lutte pour l’indépendance de la Lituanie.

En ouvrant la discussion « La lutte des Lituaniens pour l’Etat et la vérité historique : le pacte Molotov-Ribbentrop 1939–1989–2020 », organisée par la Présidence et l’Institut des sciences politiques, le Président a souligné que les accords secrets entre l’Union soviétique et l’Allemagne nazie ont pendant des décennies été la source des malheurs des Lituaniens : l’occupation, les massacres de masse, les expatriations, la spoliation, les représailles, les restrictions des droits et des libertés.

« Pendant plusieurs décennies les conséquences du pacte Molotov-Ribbentrop nous ont accompagnés comme un mauvais rêve. Cependant les accords honteux de deux régimes totalitaires ont éveillé une force de résistance invincible », a affirmé le Président et a salué à titre personnel les intervenants de la discussion, signataires de l’Acte de l’Indépendance, le professeur Vytautas Landsbergis, Zita Šličytė, Egidijus Bičkauskas ir Emanuelis Zingeris.

Selon le Président, grâce aux efforts des Lituaniens à l’étranger et des dissidents actifs, la mémoire historique vivante pendant de longues décennies, marquée fermement par la vérité sur le pacte Molotov-Ribbentrop et ses protocoles secrets, a aidé à détruire les murs de la prison des nations qu’est devenue l’Union soviétique.

« Devant le monument d’Adam Mickiewicz, dans le parc de Vingis et dans la chaine humaine de la voie balte – les Lituaniens ont partout répété que le mensonge et l’injustice doivent être dissipés, que nous avons le droit d’être libres. Ce rêve lointain est devenu finalement réalité », a dit le Président et il a souligné que la résolution adoptée lors du congrès des députés du peuple d’Union soviétique le 24 décembre 1989 concernant l’évaluation politique et juridique du traité de non-agression de 1939 entre l’Union soviétique et l’Allemagne a été l’une des victoires diplomatiques majeures qui a posé une base pour le rétablissement de l’indépendance.

Le Président a souligné que la décision des plus hautes institutions de l’Union soviétique de reconnaitre l’existence des accords secrets et de les condamner permettaient de croire que la Russie indépendante serait également capable de reconnaitre ses erreurs, d’en tirer les leçons et de construire des relations avec les voisins sur le principe du droit d’autodétermination des nations et le respect mutuel.

« Malheureusement aujourd’hui nous devons reconnaitre que la nouvelle culture politique n’a toujours pas pu prendre racine dans les terres de la grande voisine. Le pouvoir en Russie est repris par les forces autoritaires et revanchistes que les accords criminels entre Staline et Hitler ne dégoûtent pas. Les protocoles secrets ont déjà été mis à la lumière du jour mais aujourd’hui il y a des tentatives de les dissimuler sous le voile épais du mensonge et de la désinformation », a dit le Président.

Le Président a rappelé que dans une situation géopolitique tendue, la Lituanie peut se fier à ses alliés. En témoigne également l’exposition virtuelle, dédiée à la mémoire historique et à la lutte pour la souveraineté, qui sera ouverte dans le Centre de connaissance de l’Etat dans une semaine, le 22 décembre. Cette exposition présentera, entre autres documents historiques et photos des archives, les fac-similés du pacte de Molotov-Ribbentrop et de ses protocoles secrets qui à la demande du Président lituanien et avec l’accord de la Chancelière allemande Angela Merkel ont été transmis à la Lituanie.

« Pour moi cet acte témoigne non seulement des relations bilatérales chaleureuses mais aussi de l’intérêt commun d’arrêter la montée du révisionnisme historique », a dit le Président.

Groupe de la communication du Président

Mise à jour 2020.12.16 08:52

Précédent