Président de la République de Lituanie Président de la République de Lituanie

Discours du Président de la République de Lituanie Gitanas Nausėda lors de la conférence sur la sécurité nationale de la Lituanie

20/10/2021

Monsieur le Président de Pologne,

Chers invités,

Mesdames et Messieurs,

C’est un grand plaisir pour moi de m’adresser à vous aujourd’hui, le jour de la commémoration de l’Engagement mutuel des Deux Nations.

Je me réjouis également de pouvoir ouvrir cette conférence avec un ami très cher pour moi Andrzej car j’apprécie et je chéris nos relations. D’autant plus que la Pologne a une place toute particulière dans les cœurs des Lituaniens et dans notre histoire.

La Lituanie et la Pologne ont dû faire face à de nombreux défis. Ils nous ont appris à quel point il était important d’être ensemble et tenir l’un à l’autre.

Car ensemble nous sommes forts. Ensemble nous pouvons tenir. Ensemble nous pouvons gagner.

Ce n’est pas par hasard que certains spécialistes en géopolitiques appellent l’Union lituano-polonaise l’un des majeurs maux de tête de la Russie. L’un des problèmes principaux qui pourrait être résolu si nous sommes mis l’un contre l’autre. Ils ne le réussiront toutefois pas. Nous soutiendrons les uns les autres au lieu de lutter.

Nous devons faire face aujourd’hui à de nombreuses actions hybrides ennemies, aux menaces militaires et aux défis. Tout ceci souligne encore plus la nécessité de réfléchir et de travailler ensemble.

Aujourd’hui, lors de cette conférence, vous analyserez de nombreux aspects de sécurité et de défense. Vous rechercherez ce qu’il est possible de faire d’autres pour assurer un avenir libre et prospère de nos nations.

Toutefois après avoir lu les sujets des discussions d’aujourd’hui, j’ai ressenti une sorte de déjà vu, comme si nous étions de retour vers le temps d’avant notre adhésion à l’OTAN. Car à cette époque la défendabilité et la non-défendabilité des pays baltes a été l’un des arguments majeurs pour faire douter de notre adhésion à l’Alliance.

Nous voyons aujourd’hui que la même question est de nouveau soulevée. D’après moi, trois aspects doivent être considérés.

Premièrement, nous sommes une société occidentale, une civilisation occidentale, nous ne sommes pas un ensemble hasardeux des éléments séparés. Nous ne sommes pas seulement les kilomètres, le nombre de lacs, les milles marins donnables ou échangeables. Nous sommes un seul corps relié par des valeurs.

Nous ne pouvons pas perdre 10 kilomètres de démocratie et 100 kilomètres d’ordre basé sur les règles internationales. Soit nous les chérissons et protégeons, soit nous les perdons toutes. Ainsi personne ne devrait douter que nous défendrons nos valeurs. Nous défendrons chaque centimètre de la civilisation occidentale par tous les moyens possibles.

Deuxièmement, chaque fois que nous parlons des régions, que nous cherchons des solutions régionales, nous devons être sûrs qu’elles ne nous diviserons pas et ne nous séparerons pas. Les solutions régionales ont du sens seulement dans le contexte plus large, seulement quand elles renforcent la famille des Etats démocratiques et notre Alliance.

Dans le monde d’aujourd’hui le Moi durable n’est pas possible sans le Nous qui tient. La sécurité de l’Alliance commence par la sécurité de la région. Nous ne devrions pas oublier cette interdépendance.

La défense collective obéit à la même logique. La défense collective ne devrait pas être orientée vers l’intérieur. Elle ne devrait pas nous limiter. La défense collective veut dire que toutes les ressources du pays sont utilisées pour se protéger, tous les voisins alliés se dépêchent à l’aide et tous les Etats démocratiques s’unissent pour résister et se défendre.

Le monde d’aujourd’hui est plein de défis et de menaces de plus en plus fortes. Les défis nous attendent aujourd’hui et demain. Réfléchir, échanger et agir, c’est la réponse dont nous avons besoin.

Je vous remercie pour votre attention et je vous souhaite une discussion fructueuse !

Mise à jour 2021.10.20 11:04

Précédent