Président de la République de Lituanie

Les leadeurs européens se sont entendus sur les mesures de relance économique

14/12/2012
Vendredi 14 décembre (Bruxelles). Les chefs d'État ou de gouvernement de l'UE, réunis à Bruxelles, ont débattu de l'examen annuel de la croissance pour l'année 2013, qui prévoit des mesures de lutte contre la stagnation économique et le chômage engendré par la crise. Les leaders européens ont aussi fait le point sur les grandes lignes de la politique de sécurité et de défense commune.

Le Conseil européen a engagé tous les États membres à porter une attention particulière aux cinq domaines axés sur la croissance : mener une politique financière responsable, rétablir des conditions favorable à l'octroi de crédits à l'économie, promouvoir la compétitivité, lutter d'une manière efficace contre le chômage, moderniser l'administration publique.

« L'économie lituanienne se redresse peu à peu, mais, force est de constater, que la reprise de la croissance économique dépendra des suites de la crise financière, de la stagnation économique que connaissent les pays de l'UE et des difficultés financières rencontrés par la zone euro. D'où l'intérêt que la Lituanie, aussi bien que toute l'Europe, s'engage à poursuivre l'année prochaine l'application des mesures entreprises en vue d'assurer une gestion responsable des finances, de favoriser le développement des entreprises et garantir aux citoyens un emploi. Ceci est la seule voie qui mène à la stabilité économique durable », déclare la Présidente.
 

Ces dernières années le nombre des chômeurs en Union européenne s'est accru de 2 millions, les jeunes étant particulièrement touchés. Dans certains pays de l'UE plus de la moitié des jeunes ne trouve pas de travail. Un jeune Lituanien sur quatre est au chômage. C'est pour cette raison que l'Union européenne incite tous les États membres à se mettre immédiatement à l'élaboration des programmes efficaces en vue de favoriser l'emploi des jeunes, un programme qui serait surtout centré sur la création d'emplois.

Lors de la réunion du Conseil européen, les grandes lignes de la politique de sécurité et de défense commune ont été aussi débattues. La proposition de la Lituanie est de porter une attention particulière aux nouveaux dangers venant de l'extérieur, comme la cybercriminalité et les dangers énergétiques. Une coopération plus efficace entre les pays de l'UE en matière de défense, une mutualisation des capacités militaires, l'innovation et la compétitivité industrielle dans le domaine de l'armement peuvent aussi contribuer à la croissance et au renforcement de la sécurité de l'Europe. Les questions relatives à la politique de sécurité et de défense figureront aussi dans l'agenda de la présidence lituanienne du Conseil de l'Union européenne.

Dans les discussions qui ont porté sur les stratégies régionales, une des priorités de la présidence lituanienne, à savoir la stratégie de l'UE pour la mer Baltique, a été aussi évoquée. Sa mise en place contribuera au bien-être des citoyens de la région de la mer Baltique par la construction des interconnections énergétiques et de transport manquantes, par l'assurance de la surveillance appropriée de la mer Baltique et d'un environnement plus propre.


Les dirigeants européens ont aussi échangé sur une éventuelle ouverture aux Balkans et à la Turquie. Selon la Présidente de la République, les pays doivent remplir les engagements pris, et répondre aux exigences posées. La décision de l'UE quant à leur adhésion doit être bien mesurée. La Croatie devrait rejoindre la famille européenne lors de la présidence lituanienne du Conseil de l'Union européenne.
Le Service de presse du Président

Mise à jour 2012.12.14 13:54

Précédent