Président de la République de Lituanie

Le Président : « Pour surmonter la crise, il faudra un budget à long terme de l’UE plus important »

09/05/2020

Le Président de la République de Lituanie Gitanas Nausėda et les Premiers ministres letton et estonien se sont adressés par une lettre commune aux dirigeants des institutions de l’Union européenne. Cette lettre à destination du président du Conseil européen Charles Michel et de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, les dirigeants des pays baltes proposent les principes de formation du fonds de relance de l’Union européenne ainsi que les corrections nécessaires du cadre financier pluriannuel pour lutter efficacement contre les conséquences du coronavirus en Europe.

Les dirigeants des pays baltes soulignent que les révisions du contenu du fonds de relance et du cadre financier pluriannuel sont nécessaires. Elles doivent répondre à l’envergure de la crise socioéconomique provoquée par la pandémie et assurer le financement à temps des orientations politiques prioritaires.

Dans cette lettre, les dirigeants affirment que le fonds de relance de l’Union européenne pourrait faire partie du cadre financier pluriannuel et être destiné au financement stratégique des prêts et des allocations. Il est proposé que les principes d’allocation des ressources de ce fonds soient formulés pour des secteurs concrets, qu’ils motivent à poursuivre des résultats, que l’efficacité soit contrôlée et que le financement soit utilisé dans le temps imparti. L’attention a été attirée sur le fait que le fonds de relance devrait faire partie non seulement du cadre financier pluriannuel mais aussi de la base légale de l’UE.

Les dirigeants des pays baltes proposent de rendre synergiques les actions politiques au niveau de l’Union européenne qui incluent le financement, la mise en place des réformes et les décisions internationales. Selon eux, il est particulièrement important d’assurer la mise en place des projets énergétiques internationaux, le fonctionnement des couloirs de transport, la réalisation des projets de l’espace numérique commun. Les dirigeants des pays baltes affirment que la situation oblige inévitablement d’augmenter le budget de l’UE.

 « La situation sans précédent exige un budget de l’UE plus important que celui discuté au mois de février, des principes de sa formation et de son utilisation plus rapides et plus flexibles. Il est particulièrement important que les lignes budgétaires soient prévues en prenant en compte la nécessité de diminuer l’exclusion sociale et régionale, renforcée par la propagation de la pandémie. Nous pensons que les bonnes décisions permettraient même de diminuer l’exclusion sociale d’ici à la fin de la crise jusqu’à un niveau inférieur à celui d’avant la crise », insiste le Président.

Dans la lettre, les dirigeants invitent à reconsidérer l’augmentation du financement à la politique de la cohésion et à la politique agricole et proposent une redistribution des ressources flexible en fonction des besoins nationaux. « Dans la lutte contre les conséquences économiques et sociales de la propagation du coronavirus, l’importance du financement de ces politiques augmente car un tel financement garantirait les injections nécessaires dans les secteurs en déclin et permettrait au pacte vert pour l’Europe et la transformation numérique de rester prioritaires », affirme le Président.

Le Président a ajouté que le nouveau budget de l’Union européenne doit non seulement correspondre à l’envergure de la crise mais aussi montrer que les leçons du passé ont été apprises : des lignes budgétaires doivent être prévues pour la gestion des situations imprévues.

Groupe de la communication du Président

Mise à jour 2020.05.09 08:17

Précédent