Président de la République de Lituanie

La Présidente a proposé de créer une carte du monde des droits de l’homme

21/06/2012
Jeudi 21 juin (Rio de Janeiro). Participant à la Conférence internationale à haut niveau des Nations Unies sur le développement durable, la Présidente de la République de Lituanie Dalia Grybauskaitė a prononcé un discours à la manifestation des Femmes leaders du monde. La chef de l'État a discuté de la situation réelle des droits des femmes dans le monde, des textes législatifs légitimant l'égalité des chances ainsi que du rôle des organisations non-gouvernementales.

La Présidente a souligné que les statistiques officielles seules ne suffisent pas pour évaluer réellement la situation réelle des femmes et de l'égalité des chances dans le monde, et elle a proposé la création d'une carte Internet des droits de l'homme.
 

« Si nous voulons évaluer la situation réelle des droits de l'homme, permettons aux femmes de parler pour elles-mêmes, par exemple créons sur Internet une carte du monde des droits de l'homme. Si nous avons des cartes Internet qui reflètent l'inégalité mondiale des revenus pourquoi ne pas avoir de carte où serait indiquée l'inégalité entre les hommes et les femmes ? Nous invitons les populations à informer sur Internet des cas de pots-de-vin, mais pourquoi ne pas créer de site où il soit possible d'informer sur les cas de discrimination entre les hommes et femmes ? Je parle de cela sans aucune illusion sur le règlement rapide de tout cela. Ce n'est qu'un outil, un parmi beaucoup permettant d'étudier la situation réelle en utilisant les technologies modernes », a déclaré la dirigeante lituanienne.


Les documents adoptés et les politiques réalisées ne suffisent pas seuls, selon la Présidente, à résoudre les problèmes. Une approche innovante et créative est nécessaire. La chef de l'État a aussi souligné qu'avec l'existence de nombreux textes législatifs internationaux et nationaux sur les droits des femmes et l'égalité entre les hommes et les femmes, il est nécessaire de concentrer ses efforts sur leur mise en œuvre réelle et non pas d'en adopter d'autres.

La Présidente estime que la volonté politique et le travail constructif des institutions ne peuvent pas être réellement un succès sans le puissant moteur des organisations non-gouvernementales féminines. Une interaction efficace des organisations internationales, gouvernementales et non-gouvernementales est importante pour une mise en œuvre réelle de l'égalité entre les homme et les femmes, en particulier pour régler des questions comme le trafic d'êtres humains et autres questions dépassant les frontières nationales des pays.
 

La chef de l'État a aussi mentionné qu'en 2013 la Lituanie présidera l'Union européenne et qu'un des objectifs de la présidence sera de contrôler comment les questions sur les hommes et les femmes sont réglées en Europe.


Lors de la manifestation, la déclaration commune « L'avenir dont les femmes veulent : un appel à l'action » (« The future women want: A call to action ») a été signé pour encourager à entreprendre des actions responsables dans la mise en œuvre des droits des femmes.

La dirigeante lituanienne, qui appartient au Conseil des femmes leaders du monde, ainsi que les membres de ce Conseil la Présidente du Brésil Dilma Rousseff, la Présidente de l'Argentine Christina Fernandez de Kirchner, la Présidente du Costa Rica Laura Chinchilla Miranda, la Présidente de la Suisse Eveline Widmer-Schlumpf, la Première ministre de la Jamaïque Portia Simpson-Miller, la Première ministre de l'Australie Julia Gillard, la Première ministre du Danemark Helle Thorning-Schmidt, la Première ministre de Trinidad-et-Tobago Kamla Persad-Bissessar, la dirigeante du Fonds monétaire international Christine Lagarde et l'ancienne Présidente de Finlande Tarja Halonen participent à la manifestation.
Le Service de presse du Président

Mise à jour 2012.06.21 19:43

Précédent