Président de la République de Lituanie

L’attention s’est portée sur la centrale nucléaire d’Astraviets lors de la rencontre de la Présidente avec le Premier ministre finlandais

06/03/2019

Mercredi 6 mars (Vilnius). La Présidente de la République de Lituanie Dalia Grybauskaitė a rencontré le Premier ministre finlandais Juhu Sipila. Un des sujets importants de leur entretien a été la question de la centrale nucléaire d’Astraviets.

La Présidente a souligné la position de la Lituanie à l’égard de la construction d’une centrale nucléaire près de sa frontière la centrale nucléaire d’Astraviets n’est pas sûre et elle ne doit pas commencer à fonctionner.

Cette position de la Lituanie sur le manque de sécurité de la centrale d’Astraviets a rencontré un écho auprès d’autres pays de l’UE, dont la Finlande, qui ont soutenu unanimement la Lituanie lors de la réunion extraordinaire des pays de la Convention d’Espoo il y a quelques semaines à Genève. Il a été confirmé qu’en construisant la centrale nucléaire d’Astraviets la Biélorussie a violé les accords internationaux.

La convention internationale sur l’application des normes de sûreté nucléaire les plus élevées dans toutes les centrales nucléaires a été signée en 1991 dans la ville finlandaise d’Espoo. La Lituanie a déposé dès 2011 un recours pour violation de la convention dans la réalisation de l’évaluation de l’impact sur l’environnement de la centrale d’Astraviets car elle n’avait pas obtenu de réponses de la Biélorussie à des questions essentielles.

Selon la Présidente, le soutien international à la position de la Lituanie concernant la centrale d’Astraviets sera particulièrement important à l’avenir et le soutien de la Finlande est très important.

Lors de la rencontre avec le Premier ministre finlandais, il a aussi été discuté de l’agenda, important pour la Lituanie, proposé par la Finlande qui présidera le Conseil de l’UE au deuxième semestre de cette année. C’est une occasion unique pour la Lituanie de s’assurer du soutien du pays président de l’UE sur les questions les plus importantes pour la Lituanie.

Au prochain semestre auront lieu d’importantes discussions sur le futur budget pluriannuel de l’UE. Les versements directs aux agriculteurs lituaniens sont actuellement encore bien loin de la moyenne européenne, il est proposé à la Lituanie de réduire de manière disproportionnée le financement de la cohésion et il est nécessaire de garantir un financement suffisant pour la fermeture de la centrale nucléaire d’Ignalina et les projets d’infrastructures importants pour la Lituanie.

Selon la Présidente, l’Europe doit aussi prendre plus de responsabilité sur les questions de sécurité, le renforcement de la politique de sécurité, notamment la résistance aux menaces hybrides, doit être en permanence à l’agenda stratégique de l’UE. Le Centre d’excellence européen pour la lutte contre les menaces hybrides, où participe un expert Lituanien avec des représentants de 1 pays de l’UE, des États-Unis et du Canada, est en activité en Finlande.

La Finlande a rejoint le projet de coopération structurée permanente (PESCO), dirigé par la Lituanie, pour créer des cyber-forces de réaction rapide. Cet instrument est destiné à approfondir la coopération des pays en matière de sécurité et de défense.

La Présidente lituanienne et le Premier ministre finlandais ont abordé les scénarios possibles du Brexit, échangé leurs avis sur les actions communes des institutions européennes et partagé leur expérience sur la façon dont la Lituanie et la Finlande se préparent en cas de sortie dure.

Le Service de presse du Président

Mise à jour 2019.03.07 08:42

Précédent